Pourquoi Ether fait de l’ombre au Bitcoin ?

Un nouveau mode de financement pour les start up ?

Ether

Avec un ADN très différent du Bitcoin, Ether s’est en particulier installé sur le marché des entreprises et des start up. Un positionnement qui lui permet aujourd’hui de rivaliser avec son grand rival, le Bitcoin.

Le marché des cryptomonnaies n’en finit plus de se développer avec l’arrivée de nouveaux entrants, des modèles sans cesse renouvelés sans compter le monde des start up qui s’en empare comme mode privilégié de financement.

Pourquoi Ether émerge aussi rapidement ?

Dans cette course infernale, Ether semble ces derniers mois avoir pris un certain ascendant sur le Bitcoin :

  • Tout d’abord Ether séduit les entreprises contrairement à son rival plutôt centré sur les particuliers, en permettant la réalisation de paiements en quelques secondes. Ether s’est en effet imposée comme une monnaie de flux.
  • Ether s’est positionné également sur toutes les transactions et même les plus faibles ne dépassant pas quelques euros. Le Bitcoin avec un coût de transaction de 2 euros ne le permet pas.
  • Sa valeur a été multipliée par plus de cinquante depuis le début de l’année soit +5.000% !
  • La valorisation globale de l’Ether est aujourd’hui de 36 milliards d’euros. Pour 43 pour le Bitcoin : on voit que l’écart se resserre rapidement.

Un succès phénoménal pour une cryto devise dont la création ne remonte qu’à 2015 ! Un succès dû en particulier à l’ADN spécifique d’Ether dont le nombre n’est pas limité contrairement aux Bitcoin.

Ethern, pour financer des projets ?

Ether monte également en puissance avec la vogue des Smart contracts car elle permet de financer facilement des applications. En effet, Ether est issue d’Ethereum la blockchain sur laquelle les utilisateurs peuvent concevoir et financer des projets dans tous les domaines : fintech, énergie, santé ….

Le principe de ce nouveau mode de financement est simple : le concepteur d’une app vend des participations numériques à son projet sous formes de tokens. L’émission de ces tokens se fait via un smart contract entre le concepteur et ses contributeurs.

Baptisé également ICO (initial coin offering), ce système de financement s’installe ainsi à mi-chemin entre la levée de fonds et le financement participatif. Gros avantage des ICO : les tokens peuvent être revendus ou échangés avec d’autres contributeurs instantanément. Ce qui n’est pas forcément le cas dans des opérations traditionnelles.

Les crypto monnaies s’imposent dans les levées de fonds d’amorçage

Un phénomène qui devient très significatif, car la levée de crypto monnaies dans des projet d’amorçage a dépassé le cap du milliard d’euros ces derniers mois, en se payant même le luxe de réunir plus d’argent que les fonds levés plus classiquement auprès des business angels et des fonds d’amorçage.

Et attention à la bulle spéculative qui menace : en effet, l’heure est à l’euphorie avec des levées en quelques heures pour des projets à peine sortis des cartons. Les régulateurs commencent d’ailleurs à s’intéresser de près à cette situation : ce qui pourrait très vite signifier que la fin de la récréation va être sifflée. La SEC en particulier s’est emparée du sujet.

La Chine, quant à elle vient d’interdire les ICO.

Alors, Ether va-t-il supplanter le Bitcoin ?

Il semblerait que ce ne soit pas encore le cas. Indice probant : le Bitcoin influe fortement sur le cours d’Ether et pas l’inverse. Cela montre que le Bitcoin n’a pas perdu pour le moment son leadership.

Par ailleurs, la volatilité du Bitcoin est moins forte que celle d’Ether, ceci étant certainement dû au fait que l’émission d’Ether ne soit pas limitée.

Leave a Reply