Transformation numérique des PME : enfin du sérieux ?

Un nouveau plan annoncé par le gouvernement

Robotisation

 

Le retard des PME françaises dans la transformation numérique et en particulier dans le digital, nécessitait un sérieux coup de pouce. C’est le sens des mesures annoncées par l’exécutif en faveur de 10 000 PME françaises pour un montant de 500 millions d’euros.

Pour les PME, le numérique n’est qu’une contrainte de plus. En effet, les enquêtes montrent bien que la majeure partie des patrons de PME et d’ETI estiment que l’impact du digital sur leur entreprise ne sera pas majeur dans les cinq prochaines années.

La transformation numérique des PME françaises à la traine

Et pourtant il y a bien péril en la demeure ! Car faute d’investissement, beaucoup de PME risquent de ne plus être sollicitées par leurs clients et d’être purement et simplement déréférencées.

Face à ce blocage psychologique, rien de tel que la carotte fiscale pour inciter les responsables d’entreprises industrielles à investir dans le numérique.

Le suramortissement la mesure phare pour stimuler la transformation numérique des PME

La mesure phare de ce plan d’action, c’est le principe du suramortissement, un avantage fiscal efficace pour stimuler les investissements des entreprises en équipements de production. Attention : seuls les investissements dans la robotique et les outils de transformation numérique (imprimantes 3D, capteurs connectés, réalité augmentée…) seront éligibles. Ainsi, les PME pourront déduire de leur résultat imposable jusqu’à 40% du prix de revient d’un nouvel équipement.

Le but premier de ces mesures : rattraper le retard d’investissement dans la robotisation

Bruno Grandjean, président de la Fédération des industries mécaniques (FIM) et de l’Alliance pour l’industrie du futur a ainsi déclaré « Il y a un retard d’investissement majeur par rapport à nos voisins comme l’Italie et l’Allemagne par rapport à la robotisation. Le suramortissement est un moyen de rattraper ce retard ».

Le gouvernement s’est fixé pour objectif d’accompagner la transformation numérique de 10 000 PME supplémentaires d’ici à 2022, en partenariat avec les régions,

De surcroît, Bruno Bonnell député et entrepreneur es robotique, a été chargé de lister avant la fin de l’année une centaine de « territoires d’industrie », qui seront prioritaires pour bénéficier de l’action publique en matière d’accès au très haut débit ou de formations.

Le coût de l’ensemble des mesures annoncées jeudi a été chiffré à 500 millions d’euros, dont la moitié pour le suramortissement, le reste provenant de subventions via le Programme des investissements d’avenir (PIA).

Mais 500 millions, est ce bien suffisant pour amorcer la transition numérique des PME ?

500 millions au final paraissent bien peu au regard de l’enjeu crucial que représente la robotisation pour les entreprises françaises. En effet, de nombreux pays sont bien plus en avance que la France dans ce domaine.

Et puis ce chiffre me fait sourire (ou pleurer …) quand on le compare à l’annonce faite le même jour par Adobe qui a mis plus de 4 milliards sur la table pour racheter Marketo. La comparaison accentue le contraste …. décidément la France ne joue pas dans la cour des grands.